Découverte : l'Islam de pharaon

spiritualité déc. 04, 2019

Dans cette nouvelle vidéo, Seyyed Yahia Gouasmi continue de nous abreuver de cette science qui se révèle de plus en plus manifestement en ces temps eschatologiques.
Il apporte les outils nécessaires au développement de la spiritualité des chercheurs d'une science qui trouve ses arguments dans le livre de Dieu et d'une réflexion qui est bouleversante concernant le sujet du jour, celui de Pharaon, cette personnalité majeure du noble Coran, mais aussi de la Bible et de la Thora.
Un personnage mystérieux dont l’histoire est intimement liée à celle d’un Homme béni de Dieu, le Prophète Moïse.

Il nous explique que nous avons des lacunes dans la connaissance de Pharaon et qu’il y a une raison pour laquelle le Noble Coran insiste tant sur ce récit qui représente environ 2 tiers des versets ! Vers où Dieu souhaite nous emmener à travers cette aventure ?

Seyyed Yahia revient alors sur ce récit, largement relaté dans les écritures saintes des trois religions monothéistes.

Pharaon est à la tête d’une civilisation qui domine le monde terrestre, et dont les symboles de la puissance scientifique et technologique sont les pyramides.
Or il voit son royaume menacé du fait de la naissance d’un enfant appartenant au peuple d’Israël, qui va créer une civilisation concurrente qui tire sa puissance du ciel.
Cela l’entraine à commettre un infanticide abominable en massacrant tous les premiers nés issus de cette population, excepté l’un d’eux que Dieu protège, Moïse. Il exauce ainsi la prière de son épouse Assia, qui est également l’une des grandes Dames que Dieu a bénie, selon les récits religieux.
Moïse est ainsi élevé au sein même de la cour du roi, jusqu’à sa fuite après le meurtre qu’il commet. Il vivra après cela une seconde étape de son existence auprès du prophète Shuayb.

S’ensuit alors sa rencontre avec le créateur lors de l’épisode de l’arbre de lumière duquel la voix de dieu se fait entendre à lui : le Seigneur se présente à cet homme béni afin qu’il le connaisse. Il lui demande alors d’aller vers Pharaon pour libérer les enfants d’Israël, armé de son bâton dans lequel Dieu a mis la puissance d’une armée.

Or, dans cette discussion de lumière, il y a une phrase intrigante pour le chercheur, dans laquelle Dieu demande à Moïse de s’adresser à Pharaon avec « douceur ». Il s’agit là d’une vision pour le moins incompréhensible pour nous, dans un premier temps, mais qui devrait nous interpeller.

Dieu envoie donc vers Pharaon un homme qui le connait très bien, ainsi que la société dans lequel il évolue. Moïse apporte ensuite les preuves de la puissance de Dieu et soumet les magiciens qui admettent la puissance du créateur, contrairement à Pharaon, qui nie les signes du Prophète en leur trouvant des explications scientifiques et rationnelles.

Le souverain laisse partir les enfants d’Israël qui, sous la direction de Moïse, doivent construire une civilisation qui dépassera la sienne, du fait de sa grandeur provenant du ciel, dans la terre promise de « Balad al amine », où tout sera justice et amour.

Mais après réflexion, il lance son armée à l’assaut du peuple de Moïse. Celle-ci ne finit noyée sous les flots de la mer qui se referme sur eux après s’être fendue pour céder le passage au prophète de Dieu et ses suiveurs.

L’histoire semble finir ainsi, alors que ce n’est que le commencement d’autre chose.

Pharaon finit par reconnaitre la toute-puissance divine et se convertit à la vérité de Dieu qui décide de le sauver en disant : « aujourd'hui nous te sauvons avec ton corps » : il s’agit donc de l’âme et du corps du souverain, qui n’est donc pas mort noyé, d’après ces versets explicites.
Dieu achève donc cette histoire avec douceur et il sauve pharaon qui sort de l’eau musulman/soumis.
Qu'a-t-il fait après ? La question sera l’objet d’une nouvelle recherche et sans doute d’une autre discussion.

Moïse est allé chercher les enfants d’Israël, et ils ont adoré le Veau d’or.

Et Pharaon ?

Yunus (10:90)

Et Nous fîmes traverser la mer aux Enfants d'Israël. Pharaon et ses armées les poursuivirent avec acharnement et inimitié. Puis, quand la noyade l'eut atteint, il dit: «Je crois qu'il n'y a d'autre divinité que Celui en qui ont cru les enfants d'Israël. Et je suis du nombre des soumis».

Yunus (10:92)

Nous allons aujourd'hui te sauver avec ton corps, afin que tu deviennes un signe à tes successeurs. Cependant beaucoup de gens ne prêtent aucune attention à Nos signes (d'avertissement).

Al-Qasas (28:9)

Et la femme de Pharaon dit: «(Cet enfant) réjouira mon oeil et le tien! Ne le tuez pas. Il pourrait nous être utile ou le prendrons-nous pour enfant». Et ils ne pressentaient rien.

Gouasmi Yahia

Seigneur, ouvre et élargis ma poitrine, facilite ma mission, et dénoue un nœud en ma langue, afin qu’ils comprennent mes paroles